Actualités

Partager sur :
13 juillet 2021
Vie de l'Association

Etudiant Connect- l'interview du mois

Vue 136 fois

Quels conseils donnez-vous aux étudiants ?

Nos étudiants sont jeunes, pétris d’ambitions et confiants en eux. Les carrières qui s’ouvrent à eux sont beaucoup plus variées qu’auparavant : le monde leur est ouvert, les entreprises ont beaucoup évolué, les secteurs sont beaucoup plus étendus, les métiers ont changé, la structure même des entreprises a changé. Se tromper ne leur fait pas peur, et c’est pour moi une grande force.

 

Le savoir étant accessible depuis nos téléphones, ils font souvent l’impasse de la curiosité. Ce sont pourtant leurs connaissances et non leurs compétences qui font la différence. Que ce soit pendant les cours que je donne ou dans mes contacts réguliers avec eux, j’insiste souvent sur la soif de connaître qui fera d’eux des leaders, et non uniquement de bons managers. Lire Edouard Louis permet de réfléchir au mimétisme et au déterminisme social. Contempler Lucian Freud c’est interroger ce qui fait de nous un Homme. Voir les œuvres de Visconti c’est réfléchir au beau dans nos vies. Et plus trivialement, aspirer à devenir M&A à New York sans ouvrir le Financial Times me laisse toujours sans voix.

Renforcer leurs cours par une culture générale de leur secteur de prédilection est utile. Réfléchir au sens à donner à un projet est essentiel et c’est ce qui fera d’eux des dirigeants, des meneurs d’hommes.

 

Quels sont vos prochains challenges ?

Mon challenge à court terme est de développer un flux de communication plus fluide et fiable avec l’étudiant depuis son inscription jusqu’à sa diplomation. Une école a une administration très forte avec beaucoup de parties prenantes (deux ministères, des organismes accréditeurs, des organismes de financement, des enquêtes, des classements, etc). Aujourd’hui nous ne sommes pas suffisamment professionnalisés sur notre gestion de la data, la relation étudiante en pâtit.

Nous devons suivre l’exemple UX des licornes pour déployer des outils bien plus pertinents et productifs.

Cela inclura aussi le traitement des demandes de nos alumni en développant des outils blockchain, sur lesquels nous travaillons actuellement. Je profite de cet espace pour rappeler que toutes les demandes d’attestation ou de vérification de diplôme doivent impérativement être adressées à alumni@eslsca.fr pour que nous puissions les traiter rapidement. Nous recevons environ 20 demandes par semaine, sans aucune saisonnalité, il faut accorder le temps aux équipes d’aller (beaucoup) aux archives et retrouver le bon document, j’en appelle à votre indulgence et votre sens de l’organisation, n’attendez pas le dernier moment pour faire votre demande.

 

Quel message souhaitez vous mettre en exergue ?

Je garde toujours à l’esprit la liberté de nos étudiants, la liberté de participer ou non mais aussi la liberté de construire un projet. Cette liberté est le 3è mot de l’acronyme ESLSCA. Nos étudiants doivent en comprendre la portée pendant leurs études mais aussi dans leur vie personnelle. Après tout, notre métier est de faire de nos étudiants des professionnels libres dans leur carrière : libres de choisir un secteur, libres de choisir une entreprise dans laquelle s’épanouir, libres de choisir le pays où ils souhaitent évoluer.

Cette liberté est grisante, nécessairement, mais l’obtenir a un coût : le travail. Le travail que l’on fournit en tant qu’étudiant pour accumuler les connaissances, commencer à construire son réseau, frapper aux portes, devenir en quelques années un professionnel à potentiel. Le travail que l’on produit pour son entreprise, parfois le sacrifice à consentir sur ses temps personnels, l’implication dans le travail d’équipe, la lecture de l’organisation, le développement de la création de valeur.




1 Commentaire

Pascal MONIER (Grande Ecole, 1970)
Il y a 11 jours
Un interview instructif à lire à fond !!!!

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.