Actualités

Partager sur :
03 mai 2021
Vie de l'Association

Etudiant Connect- l'interview du mois

Vue 75 fois

Ce mois-ci découvrez Alexandra Joseph, Directeur de l'Expérience Étudiante au travers d'une question

- Vous qui connaissez l’École depuis toujours quel est votre meilleur souvenir ?

Petite-fille de Maurice Joseph, le fondateur de l’ESLSCA en 1949, et fille d’Alain Joseph, celui qui en a fait une grande école en 1978 avec des doubles-diplômes MBA avec des universités américaines, des spécialisations pointues, des campus à l’étranger, on peut effectivement dire que ma vie est profondément marquée par l’ESLSCA. Je pense que c’est le cas de toutes les familles entrepreneuriales et c’est une question qui suscite tant de questions que j’en ai fait le sujet de ma thèse de doctorat.

Je suis née au 196 rue de Grenelle donc je pense que certains d’entre vous ont dû me voir dans mon landau et peut-être m’entendre babiller même si déjà j’étais conditionnée pour ne pas déranger les étudiants et leurs cours qui se déroulaient sous mes pieds. A partir de mes 11 ans, j’étais enrôlée chaque été pour mettre sous enveloppe les infos prépa depuis une war room à Bougainville. Et puis il y avait bien sûr les soirées de Gala auxquelles je ne participais pas mais j’écoutais avec beaucoup de gourmandise mon père nous en faire le récit dans le détail. Il y avait la Nuit de l’Oreiller qui chaque année était l’incontournable soirée étudiante à Wagram, les représentations des Ribouldingue, les participations à la Croisière du Figaro, la pub de l’ESLSCA qui lançait le film dans tous les cinémas parisiens, les concours des prépas qui demandaient une énergie folle, et je pourrai continuer ainsi pendant des journées entières. Je me souviens aussi de mon oral dans une école concurrente où on m’avait diffusé un film du BDE de cette école qui étaient venus se filmer devant Bougainville en clamant ESLSCA-CACA, j’étais sortie en les couvrant d’insultes ce qui m’a valu un beau 17/20 à cet oral, ce qui aura eu le mérite de me marquer et de m’interroger aussi sur la rigueur des oraux d’admission et du suivi du BDE. J’ai aussi une collection de coupe-vents, briquets, polo, tee-shirts ESLSCA que je garde jalousement.

Mon lien à l’ESLSCA se construit surtout sur des rencontres. Quand je parle à des Alumni (et certains sont des amis très proches), je vois toujours dans leurs yeux beaucoup d’émotion et de fierté. Je suis persuadée que ce sont ces yeux brillants qui m’ont donné l’énergie dont nous avons tous besoin pour donner à notre travail son sens, sa valeur et me convaincre de l’importance du long terme.

Mon rôle aujourd’hui à l’ESLSCA est de donner de la consistance à l’expérience étudiante. Nos étudiants sont étudiants de nos cours, ils sont clients de nos services. Nous devons les traiter comme tels et monter en exigence sur nos relations avec eux. Les étudiants de 2021 sont très différents des étudiants des années 1980 ou de ceux des années 2000. La technologie a naturellement bouleversé notre communication, mais pas uniquement. Nos étudiants accordent beaucoup d’importance aux courants actuels de nos économies que ce soit l’économie responsable ou encore l’économie circulaire. L’ESLSCA doit décrypter ces mouvements et donner à leurs étudiants les clefs pour accompagner ces changements. L’expérience étudiante est là pour mettre au centre de notre stratégie l’étudiant et ses aspirations.

Lors de la prochaine Newsletter Alexandra répondra à d'autres questions.

 




1 Commentaire

Pascal MONIER (Grande Ecole, 1970)
Il y a 9 jours
Belle plume et bonne analyse; Bravo !!!

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.